mag-immobilier

Qu’est ce qu’un prêt à taux zéro ?

Le prêt à taux zéro est un prêt accordé par l’État aux primo-accédants qui souhaitent devenir propriétaires. Son principal avantage est qu’il est sans intérêt lorsque vous le remboursez. Vous aurez juste à rembourser le montant du prêt. Et ce n’est pas tout, le PTZ présente de nombreux autres avantages. Découvrez-en plus sur le PTZ dans les passages suivants.

Le prêt à taux zéro : de quoi s’agit-il exactement ?

Pour en savoir plus sur l’investissement locatif, le prêt à taux zéro, ou PTZ, est un prêt immobilier bancaire permettant aux primo-accédants d’acquérir un bien immobilier. La majorité des banques proposent ce dispositif. Le bénéficiaire pourra financer 40% de son projet immobilier grâce à ce prêt. Vous devez également fournir la preuve que vous n’avez pas été propriétaire de votre résidence principale au cours des deux dernières années. Le principal avantage de ce dispositif est de permettre au primo-accédant de financer son projet à moindre coût, sans intérêt. Seul le paiement de l’assurance-crédit revient au futur propriétaire. Jusque-là, cela concerne surtout les biens immobiliers à titre de résidence principale. Mais certaines banques n’exigent pas cette règle.

Quels sont les avantages du prêt à taux zéro ?

Le prêt à taux zéro présente de nombreux avantages. Entre autres, vous n’aurez pas à rembourser les intérêts bancaires. Le coût total du projet sera donc réduit. De plus, votre capacité d’emprunt sera augmentée. Étant un prêt complémentaire à votre crédit principal, vous êtes couvert jusqu’à 40% du prix de votre bien. Le différé de remboursement peut aller de 5 à 15 ans. Notez qu’il est possible de transférer votre PTZ vers un second achat. Mais seulement si le second achat répond aux critères d’éligibilité. Le remboursement de votre prêt peut se faire à tout moment et sans conditions.

Quelles sont les conditions d’attribution du prêt à taux zéro ?

Les banques n’accordent pas le PTZ à tout le monde. Certaines conditions doivent être respectées. Tout d’abord, le projet immobilier doit être situé dans les zones définies par le gouvernement, notamment dans les zones A, A bis ou dans les zones B1 s’il s’agit d’un logement neuf. Aussi, les banques exigent le respect des plafonds de ressources. Sans oublier la détention du statut de primo-accédant. Vous devez par ailleurs contracter un prêt principal, afin que le PTZ puisse être ajouté en complément. Sachez que le remboursement du PTZ suit les mêmes conditions que celui du crédit immobilier classique.

Quitter la version mobile